Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le plumot

Je l'attendais

12 Juin 2007 , Rédigé par Motdit Publié dans #Nouvelles...glurps

Je vais mourir. Bientôt je ne serais plus là. Je m’en doutais un peu, cette histoire… je ne la sentais pas. C’est marrant, mais j’ai toujours su que ma vieillesse ne serait pas. Quand j’étais enfant, et que l’on me demandait ce que je voulais être quand je serais grand je répondais « rien, parce que j’attendais la mort ». Et puis malgré tout j’ai grandi. Mais tous les matins quand je me réveillais, je me disais « bon… peut-être aujourd’hui ? » alors en fonction de ce que j’avais à faire j’imaginais des fins possibles. Un accident de voiture, si je l’utilisais ce jour là… un otage condamné pendant un casse si j’allais à ma banque… j’ai même pensé que cela aurait pu être un mari jaloux, plusieurs fois j’ai couché avec des femmes mariées. Et puis non, rien ne se passait. Le soir parfois, j’étais presque déçu. J’avais envie que ça arrive, un petit peu comme les premiers Noëls. Mais tous les soirs, quand je faisais le bilan de ma journée, j’étais toujours vivant, rien de fâcheux ne m’était arrivé… j’en devenais déprimé. Moi qui pendant longtemps avait toujours pris des risques, histoire d’aider un peu le destin, je n’y croyais plus, alors, je n’avais plus envie de traverser les avenues les yeux fermés. Je me séchais plus la tête avec le vieux sèche-cheveux encore trempé de ma douche. Je ne me promenais plus la nuit seul dans la rue en essayant de tenter le brigand. Plus rien, je restais chez moi, j’allais travailler, tranquillement, désabusé par cette vie qui ne m’apportait pas la mort que j’espérais. C’est comme ça en restant chez moi qu’un jour je l’ai rencontré, c’étais ma voisine de palier, immédiatement, j’ai su que c’était elle. Quand nous nous sommes croisés, la première fois, elle arrivait au bout du couloir, j’ai commencé par voir une aura, c’était impressionnant elle luisait dans la pénombre du corridor. Je suis resté là immobile incapable de faire un mouvement. Elle s’est approchée. Son sourire était merveilleux… j’étais amoureux.

Très vite… nous nous sommes reconnus….elle venait du Venezuela et, …

Je suis devenu « l’amor de sa vie »… étonnant non ?

….

Mais elle ne m’a pas tout dit…

Elle avait le sida…

C’était bien elle…. la mort de ma vie…

 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
AH punaise j'ai flippé !!!!
Répondre
M
c'est sur... que c'est pas cool cool....
M
Répondre
P
N'oublions pas que le noir est une couleur !!!!
Répondre
K
bien vu, en effet, sortons, sortez couverts... ça reste d'actualité...
Répondre
M
Je t'aime donc je te tue... crime passionnel ou homicide volontaire ? Vénus es-tu là... j'en sais rien, mais le coup de flip oui !
Répondre