Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le plumot

Carnage

11 Mai 2007 , Rédigé par Motdit Publié dans #Nouvelles...glurps

Le rouge était partout. Mes mains étaient elles aussi écarlates. Il faut dire que forcément après ce que j’avais fait… je n’avais pas pensé à mettre de gants. Je suis réputée pour ne pas prendre de gants… mais là c’est le pompon ! Vraiment j’aurais du. Au moins j’avais réussi à éviter le pire en me cantonnant dans la salle de bain carrelée (quand je pense que j’avais hésité…) Je regardais l’eau rougie s’enfuir par la bonde de la baignoire. Quand même, je me surprenais moi-même. Mais comment avais-je pu faire ça ? Moi qui suis végétarienne depuis si longtemps et que la simple vue d’un bout de viande me fait se pâmer. Je n’en revenais pas. Mon reflet rougeâtre semblait morcelé dans la glace, comme si j’étais en morceaux. Enfin, maintenant j’étais tranquille ! J’allais pouvoir enfin vivre en paix. Elle ne me ferait plus de réflexions. Et dire que cela faisait si longtemps que ça durait ! Et qu’il ne m’avait fallu que deux heures. Deux heures pour en venir à bout. Mais quand même… c’était lourd ! Je pense que demain j’aurais des courbatures dans les bras. A force de tirer, de tordre… Bon j’aurais voulu faire cela plus proprement mais… on ne faut pas d’omelette sans casser d’œufs, n’est-ce pas ? Mais je n’avais pas d’ustensiles adaptés. Alors il a bien fallu que je fasse ça moi-même !

Je suis fière de moi ! Je pensais que je n’y arriverai pas.

Ils vont être surpris les autres, Fred, Véro et Nat, eux aussi ils en avaient marre de l’entendre râler ! En plus j’ai fait les choses bien, demain c’est son anniversaire ! Je les ai invités tous, pour l’occasion ! Demain ce sera prêt. J’aurais eu le temps de la mettre en valeur… sur le canapé. Quand je pense qu’ils croient que je suis une mauviette… ils vont être surpris !

Bon aller, il faut que je nettoie avant que ce soit complètement sec, sinon ça va s’incruster dans les joints du carrelage… et pas de doutes, ça fait morbide !

Waouh… en plus j’en plein sur moi, beurk c’est dégueux, quel sale goût ! En plus ça commence à puer.

Courage ! pense à ton œuvre, qui t’attend à présent dans le garage !

Bordel… je suis naze. Il est 19h j’ai mis 4 heures pour tout nettoyer… le double…

Quelle journée… on pourra dire que c’était un anniversaire mémorable ! Enfin… tout est prêt ! J’ai installé la malle sur le canapé, bien en vue. Comme ça, ils ne vont pas la rater ! J’ai disposé les coupes et les amuse-gueules sur la table basse. Le champagne est au frais. Je n’ai plus qu’à les attendre. J’ai un peu chaud… ce doit être l’excitation !

Je regarde ma mise en scène. Décidément, je suis fière de moi ! Pourtant, qu’est-ce que ça a été dur, quand même ! Jusqu’au dernier moment j’ai cru que ça allait foirer ! J’ai cru qu’elle n’allait pas rentrer dans cette foutue malle, et je n’avais rien de plus grand ! Mais j’ai forcé et ouf… tout est rentré !

Ding dong…

 - Super ! Vous arrivez enfin, et tous ensemble ! Vraiment ça me fait plaisir que vous ayez pu vous arranger ! Entrez, entrez ! J’ai une magnifique surprise !

Je les poussais presque vers le salon tellement il me tardait de voir leur tête !

Médusés, ils s’arrêtèrent…

- Mais, c’est quoi cette malle ? Pourquoi tu l’as mise sur le sofa ?

Le silence se fit.

Puis, ils se tournèrent vers moi interrogatifs.

- Non ? Tu l’as fait ?

- Ben regardez !

Elle était blême. Elle s’approcha de la malle. Elle caressa le couvercle, hésitante. Puis, elle se tourna vers moi, une dernière fois. Et doucement, dans le silence, elle l’ouvrit…

Je vis ses jambes flageoler, et nous eûmes à peine le temps de la rattraper avant qu’elle ne s’effondre.

Mais le coffre était ouvert…

….

Les verres tintaient… bon anniversaire maman !

Elle pleurait, serrant contre elle le bout d’étoffe pourpre qui l’avait enveloppée, lorsqu’elle était enfant. Lorsque sa mère, notre grand-mère avait traversé l’Oural dans la neige et le froid pour échapper à la guerre et à la misère. Ses larmes coulaient mais elle souriait. Enfin elle avait retrouvé des racines. J’avais réussi à redonner les couleurs d’enfance à sa couverture. Cette couleur rouge symbole de la révolte de son peuple.

Je regardais mes mains…

La teinture n’était pas tout à fait partie… mais j’étais fière de mon cadeau.

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
tu m'as demandé quelle était la musique sur mon blog c'st "say hello" de Rosie Thomas<br /> amicalement
Répondre
L
J'avais tout imaginé, mais pas ça !!!Du grand art !Bises
Répondre
M
Merci la pomme! tu me fais plaisir!
J
bleufé de chez bleufé je suis..................génial
Répondre
M
ben... Merci!
J
OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOLe rouge est ma couleur préférée ...OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO
Répondre
M
je sais pas pourquoi...mais j'en étais sûre!!
M
Coucou Motdit, j'aime beaucoup,dans ce texte, la façon dont tu entraînes tes lecteurs par quelques indices ambigus vers un cheminement de pensée qui a pour but de les confondre.<br /> La fin n'est pas celle quon imagine et c'est heureux !
Répondre
M
merci Muad!!oui la fin est plus sympathique qu'on ne pourrait imaginer