Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le plumot

Images licencieuses...

7 Mars 2007 , Rédigé par Motdit Publié dans #Chroniques...

C’est étrange comme il suffit de peu de chose pour qu’un souvenir remonte à la surface… des images licencieuses… (Merci Artémis !)

Mon grand oncle…. Etait collectionneur. Je ne sais pas si on dit « pornophile » ? Il avait un bureau, pas très grand dans sa maison qui était rempli de revues, de livres très osés… on avait déjà remarqué mes cousins et moi… que dans la bibliothèque du salon, en regardant bien… nous étions très fureteurs… qu’il y avaient des livres un peu particuliers… nos jeunes âmes en ébullition trouvaient cela délicieux. Et, nous nous relayons discrètement pour frissonner devant ces images et en trouver de nouvelles…. L’objectif étant bien sûr ne pas être surpris par les adultes. Nous avons ainsi farfouillé partout ! Notre jeune adolescence imaginative cherchait des cachettes délirantes… assez rarement efficaces nos recherches ont été jubilatoires… que de rires sous cape ! Que de gloussements honteux et rougissants… nous étions les espions, nous échafaudions des plans compliqués pour que nos escapades soient les plus discrètes possibles. Parfois notre hilarité semblait suspecte… et il fallait inventer des histoires pour ne pas être soupçonnés d’avoir commis quelque infamie monstrueuse ! Évidemment ces visites excitantes n’étaient pas courantes. Et, fallait-il encore que nous y soyons ensemble, la saveur de l’interdit était bien moins goûteuse lorsque nous y étions séparément ! Nous attendions ses retrouvailles avec un appétit féroce…

Un dimanche de repas familial. Beau temps, ambiance festive et détendue. Tous réunis… aubaine ! Nous avions comploté une grande expédition : partir à la découverte du petit bureau, qui pour une fois… n’était pas fermé à clef ! Il fallait être discret, et surtout éviter de se faire remarquer. Par ce grand soleil comment expliquer que nous avions envie de rester à l’intérieur alors que le jardin magnifique nous promettait tant d’aventures arborées (la petite fille, que je n’étais plus tout à fait aimait toujours le contact rugueux des troncs rudes à l’escalade !). C’est le cœur battant la chamade que l’un d’entre nous entrouvrit la porte du sanctuaire interdit. Il y faisait sombre, les volets fermés accentuaient cette atmosphère étrange… un rayon de soleil chargé de poussières légères semblait indiquer un trésor. Cela fut pris comme un signe. La bibliothèque était surchargée, comme les chaises et le bureau. Un antre de boutiquier, des cartons fermés ou béants, des tas d’enveloppes et… surtout, objets de notre quête, les revues cochonnes…. Oups ! Nous n’en avons « exploré » qu’une partie, la réserve nous apparut comme inépuisable et nous passions notre temps à nous relayer, discrètement aux toilettes seule pièce, avec le bureau, qui possédait une clef… en l’espace d’une après midi nous avons fait des découvertes extraordinaires, des horizons lubriques et fornicateurs que nos esprits adolescents n’avaient même pas osés imaginés. Nous sommes rentrés chez nous pantelants.

Chaque visite, était pour nous un ravissement des sens. Puis nous nous sommes lassés préférant passer quelques moments privilégiés avec nos amis respectifs… j’ai su, plus tard, que les « petits », qui avaient grandis, avaient pris notre suite, plus téméraires, ils avaient dérobés quelques exemplaires qui leur avait servi de papier à lettre… petits scandale familial…

Pour mes 20 ans, un repas fut organisé. Et après une petite allocution, solennellement, l’hôte, amateur, de ses lieux me remit un paquet… une grosse enveloppe, Son petit sourire m’inquiéta, et, sous les regards curieux et étonnés de l’assemblée, j’ouvris le présent.

Cascade de dentelles… Tissu soyeux et immaculé. Un déshabillé provocant et très « aérien » se déploya sous mes yeux éberlués.

Et, avec son intonation si particulière :

« Maaaa peeetiiite, j’espère que cela te plait et que tu en feras bon usage…. »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOton tonton est un type ... culloté !OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO
Répondre
L
ça oui c'était un tonton ...
K
héhé, la vraie canaille ce tonton !
Répondre
A
syymmpa leee tonton !<br /> Belle écriture...
Répondre
M
Kikou Motdit :-)))Délicieux ce récit... Tu sais si bien restituer ces souvenirs, que j'ai l'impression de les vivres.Bien à toi, avec mes meilleures pensées.Poutousssssss ...PS: un hommage aux femmes chez moâ.
Répondre
Y
Souvenirs et partages, ils sont encore merveilleusement bien raconté, avec toute la sensibilité et un certain humour (ouioui, tres décalé j'adore) qu'on te connait...MDR je me relis, ca c'est du lancé de fleurs !!!Bisous
Répondre
L
ohhh! je les ai bien reçues tes fleurs! merci! ça me fait très plaisir!