Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le plumot

Synonyme

21 Juillet 2006 , Rédigé par lilith - Pfffft Publié dans #Nouvelles...glurps

Quand ils se lèvent, le matin, ils ne se disent plus bonjour. Et puis le soir non plus pas de « bonne nuit mon amour » en général, d’ailleurs, ils s’arrangent pour éviter de faire les choses en même temps. En fait, ils s’évitent, comme ça ils peuvent rester silencieux. Heureusement, comme ils travaillent, il y a des moments de répit. Ils peuvent faire semblant avec les autres. Les autres pensent qu’ils sont un couple extraordinaire, amoureux et surtout très heureux. Mais ça, c’était avant… avant quoi ? Ils ne le savent pas vraiment. En fait, ils se sont trompés. Ils n’étaient pas faits l’un pour l’autre. C’est surtout sa faute à elle, quand elle l’a vu la première fois. Elle s’est dit : « c’est lui » et elle a voulu à tout prix faire coller son rêve à la réalité. Alors, elle à décidé d’être la femme qu’il attendait. Bon au début, il n’était pas trop d’accord, mais bon. Il a fini par se dire qu’il l’aimait sans doute. Puis le temps est passé. Ils ont fait des enfants. Sympas les enfants, ça fait entrer dans la cour des grands, la cour des couples installés. Et puis c’est là sans doute que ça c’est mis à foirer. Lui, regrettait l’autre cour, celle où c’est rigolo tout le temps, où on fait la fête, où on paye pas d’impôts, où on fait pas de courses et tout, et tout. Et elle ? Non elle ne regrettait pas les soirs d’ivresses (beuveries), pour elle impôts = gagner des sous, les courses bof, mais un mal nécessaire ! Et puis le reste, elle trouvait ça bien, serein. Evidemment on ne peut pas habiter dans deux cours différentes, et, dans la même maison. Forcément l’un accuse l’autre d’être dans l’erreur, et… on ne se parle plus. C’est difficile de dire qui a tort ou raison. Mais, il en a toujours un qui se dit qu’il souffre plus que l’autre. L’amour se transforme en chagrin parfois même en mépris. Et puis au bout de long mois de silence. La fin. C’est étrange comme après, on est marqué… et, comme le silence peut devenir synonyme de mépris et de fin.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Bonjour, ma petite balade matinale me porte jusqu'à chez vous, bonne journée et @+
Répondre
J
A la précédente lecture je n'avais pas osé réagir. Ce texte me touche vraiment beaucoup. J'ai le sentiment d'y retrouver quelque chose que je vis depuis longtemps - à plusieurs "détails" près. Je suis sûr que beaucoup s'y retrouveront. Une page universelle, en fin de compte.
Répondre